Sculpture modulable
2021
Acier patiné, pavés de grès, objets divers
Dimensions variables


Dans le cadre de ma résidence artistique à l’Atelier Burcy d’Arts Club (été 2021), j’ai visité la dernière carrière de grès encore en activité dans la forêt de Fontainebleau. Le grès est une roche extrêmement pure (98 % de silice) et quasiment indestructible. Il ne peut être taillé autrement qu’à la main. Il n’est pas une roche que l’on sculpte, contrairement au marbre, à l’albâtre ou au granit. Les outils en métal et les machines ne lui résistent pas. Le grès est une roche que l’on abat à la main et que l’on divise en blocs. Quand on le fend, on cherche à extraire des formes plus ou moins régulières allant du cube “9-11” au ”pavé droit”. La coupe n’est jamais nette et chaque pavé est donc unique bien que ressemblant aux autres.

De retour de cette visite, une dizaine de pavés en mains, j’ai commencé à esquisser une série de jeux de construction de cubes : une forme régulière qui se multiplie, se translate, dessine de nouvelles figures dans l’espace, comme des pièces de Tetris qui s’organisent et s’emboitent. En filigrane, l’idée du carrier qui divise d’abord la roche puis l’ordonne pour bâtir de nouveaux espaces de circulation, d’ouverture ou de passage (pavage des sols, murs, voûtes, portes, fenêtres…).

Dans mes recherches en volume, j’ai voulu mettre en valeur ces “faux cubes”, révéler leur caractère imparfait mais structurellement indispensable au maintien des constructions. Avec l’acier, froid et noircie, la minéralité du grès, la silhouette d’une figure qui rappelle la stèle funéraire, la sculpture Passages est une fenêtre qui se construit, se démonte et se module. Les différentes compositions photographiées lors de ma résidence sont mises en scène avec des objets, reliques qui évoquent l’idée d’autel ou bien de rite. Le rite qui accompagne le passage.



Carrière de Moigny-sur-École (91), Juillet 2021
© Marie Guerrier